Skip to main content

La presse francophone au Liban traverse-t-elle une crise existentielle?

A l'occasion du mois de la francophonie et de la semaine de la presse, les classes de seconde et de première du collège, ont eu le plaisir de recevoir 3 intervenants de qualité pour éclairer ces deux grands thèmes au cours d'une conférence-débat.
les élèves de 1re ont endossé le rôle de reporters d'un jour en ponctuant la rencontre des recherches effectuées pour leur thèmes de TPE, et le public ainsi que les invités ont pu apprécier le sérieux de ces recherches et la profondeur des sujets qui ont servi d'introduction aux trois intervenants.
Ainsi, Mme Sahar Al Attar, rédactrice en chef du mensuel économique "Le Commerce du Levant", a pu pointer du doigt l'importance de la provenance des informations économiques en l'occurrence et a insisté sur la difficulté d'aller à la source pour garder la crédibilité de tout organe médiatique, elle a parlé de la presse en général et de la presse économique en particulier.
Melle Marie Christine Tayah, journaliste et enseignante de français à l'USJ, ancienne de Kfarhbab a surtout montré la place que peut occuper la culture et surtout le théâtre, sa deuxième spécialité, dans la communication médiatique. Elle a mis l'accent sur la langue française et sa richesse et a survolé avec sensibilité et authenticité l'ensemble de son parcours.
M. Albert Kostanian, consultant économiste, activiste politique, auteur d'articles économiques au Liban et en Europe et actuellement TV Host d'un programme sur LBC, a, quant à lui donné au jeune public des chiffres précis qui montrent l'évolution des médias durant les dernières années et l'ampleur de son impact sur l'opinion publique et surtout sur les jeunes, il a mis en évidence la nécessité de faire le tri dans les informations et a poussé les élèves à aller au fond des choses et à favoriser la culture française en lisant, et en fréquentant le théâtre aussi.
Les trois hôtes ont ensuite répondu aux questions des élèves en apportant encore plus d'éclairage sur les thèmes de la presse et de la francophonie.
Ce fut sans doute une occasion à tous de s'enrichir et de connaitre quelques dessous du paysage médiatique libanais tourmenté!
Ghada COSTANIAN