Skip to main content

Devoir de mémoire

13 avril, date mémorable puisqu'elle marque le déclenchement de la guerre civile au Liban. 44 ans plus tard, les souvenirs sont encore vivaces.
Chaque situation, chaque évènement est une occasion de revenir vers cette période dure et difficile que le Liban a traversée. Mais comment transmettre le récit de cette époque à nos enfants et à nos petits-enfants ?
La vie quotidienne demeure une porte d'entrée dans l'Histoire pour les élèves de 10-11 ans.
Le scénario a puisé son histoire dans deux albums. Le premier, écrit par Zeina Abi Rached, intitulé « Mourir partir revenir le jeu des hirondelles », évoque la guerre du Liban et plus particulièrement la vie à Beyrouth. Elle retrace l'impact de ce conflit dans la vie de la population.
Le second album, « Clichés Beyrouth 1990 » est écrit par Bruno et Sylvain Ricard, deux jeunes frères qui décident de se rendre au Liban chez leur tante Thérèse, sœur franciscaine à la Croix-Rouge, pour essayer de se rendre utile.
Mais pourquoi en parler ? Parce que l'avenir ne peut se construire s'il ne s'appuie pas sur le passé et s'il n'en tire pas les leçons. Chaque période de l'histoire d'un pays a son importance. Notre devoir de mémoire envers les victimes de cette guerre, nous impose de nous rappeler, de raconter, de transmettre les faits tels qu'ils se sont déroulés pour permettre à nos jeunes de juger par eux-mêmes, sans parti pris. Ne jamais oublier pour que cela ne se reproduise plus.